Milieu boisé

Une partie du cheminement ainsi que le platelage se trouvent en milieu boisé, c’est-à-dire avec en majorité des arbres (>7 mètres) et des arbustes (<7 mètres). Les principales essences que vous pouvez observer sur le site sont : les érables (champêtre et sycomore), le chêne, le frêne et le noisetier qui lui est un arbuste.

Le boisement étant en zone humide, vous trouverez également des saules ainsi que des aulnes. Le frêne est également bien adapté à l’humidité des sols.

Vous observerez tout le long du boisement des morceaux de bois morts et des arbres en chandelle (tronc mort sur pieds). Il est essentiel de les laisser sur place car ils servent d’habitats pour une succession d’espèces :

  • S’y installent d’abord les champignons mangeurs de bois (= lignivores) et les insectes mangeurs de bois (= xylophages) qui décomposent le bois mort.
  • Puis les pics qui se nourrissent de ces insectes. Ce sont les seuls animaux à creuser des cavités pour leur nidification. Celles du pic noir présentent un intérêt majeur par leur grande taille.
  • Les cavités sont ensuite utilisées par d’autres animaux qui ne savent pas faire de cavités : les oiseaux cavernicoles (rapaces, pigeons, sittelles…), les chauves-souris et les petits mammifères.

Espèces végétales à observer sur le site

Espèce : Lierre grimpant (Hedera Helix), Liane.

Caractéristiques : feuillage persistant, racines aériennes et tige allant jusqu’à 30 mètres de hauteur.

Fleurs et fruits : Hermaphrodite. Fleurs blanches et tardives (fin de l’automne), fruit rond et noir (toxique pour l’homme).

Longévité : jusqu’à 400 ans.

Particularités : gîte et couvert pour de nombreux mammifères, insectes et oiseaux.

Le saviez-vous ? Contrairement à une idée reçue, le lierre ne représente aucun danger pour l’arbre : il s’en sert uniquement comme support ! Ce n’est pas une plante parasite contrairement au gui ou au chèvrefeuille.

Espèce : Frêne commun (Fraxinus excelsior), Oléacées.

Caractéristiques : feuillage caduc et peu dense, feuilles opposées et composées de 7 à 15 folioles ovales lancéolées, finement dentées. Il est très reconnaissable en hiver par ses gros bourgeons noirs.

Fleurs et fruits : Hermaphrodite. Fleurs brunâtres en grappes et fruits en forme de graines plates et ailées = samares (dispersion par le vent).

Longévité : 150 à 200 ans, jusqu’à 30 mètres de hauteur

Particularités : Son puissant système racinaire limite l’érosion des berges. Son bois souple est utilisé en menuiserie.

Le saviez-vous ? Depuis 2008, les frênes sont décimés par la chalarose « maladie du flétrissement du frêne », une affection cryptogamique provoquée par un champignon (Chalara fraxinea).

Espèces animales à observer sur le site

Espèce : Hérisson européen (Erinaceus europaeus), Mammifères.

Habitats : Lisières des forêts, bois, champs et jardins.

Nourriture : insectes, limaces, œufs, oiseaux (omnivore).

Longévité : 7 à 10 ans.

Menaces: Les routes et les tondeuses.

Le saviez-vous ? Il possède environ 7 000 piquants. Si vous voyez un hérisson de jour, c’est que celui-ci est malade, contactez un centre de soin de la faune sauvage.

Espèce : Le renard roux (Vulpes vulpes), Mammifères.

Habitats : tout type de milieux jusque dans les villes.

Nourriture : fruits, oiseaux, insectes, œufs, vers de terre, rongeurs (omnivore).

Longévité : 2 à 5 ans.

Menaces: Les idées reçues ! Le renard est encore aujourd’hui classé nuisible et chassable.

  • La rage ? Il ne la transmet plus depuis 1998.
  • La surpopulation ? Il s’autorégule (taille de la portée selon la nourriture disponible dans son territoire).
  • Indésirable ? Il se nourrit des petits rongeurs qui ravagent les récoltes, limitant ainsi la propagation de la maladie de Lyme (transmise par les tiques).

Le saviez-vous ? Il est capable d’utiliser au total jusqu’à 40 cris distinctifs.

Espèce : L’escargot de Bourgogne ou Gros Blanc (Helix pomatia), Gastéropodes.

Habitats : bois, bocages, prairies et vignes.

Nourriture : plantes, fruits et déchets organiques (herbivore et phytophage).

Longévité : 7 à 8 ans.

Menaces: Le ramassage en période de reproduction, qui est interdit :

  • en tout temps lorsque la coquille a un diamètre inférieur à 3 cm ;
  • du 1er avril au 30 juin inclus lorsque la coquille a un diamètre supérieur à 3 cm.

Le saviez-vous ? C’est le plus gros escargot de notre faune terrestre (jusqu’à 5 cm d’envergure de coquille). Consommé depuis l’Antiquité, il fait aujourd’hui l’objet d’élevage : l’héliciculture.

Retour haut de page